Sélectionner une page

« Cela préserve les animaux sauvages du braconnage » :

Il y a pour cet argument une réponse assez simple. Vous pouvez répondre qu’une vie de misère, de contraintes quotidiennes, douloureuses menant à une mort lente derrière les barreaux n’est pas une solution. Aujourd’hui, des refuges et sanctuaires peuvent recueillir les animaux de cirque.

« Les animaux bénéficient d’exercice physique « :

Répondre que ces espèces ont besoin d’explorer un territoire. Un exemple concret, en milieu naturel, les éléphants parcourent en moyenne 8 à 10 kms par jour. Les fauves ont besoin de repos (hors moment de chasse) alors que dans un cirque, ils sont beaucoup trop sollicités physiquement.

« Nos animaux sont nés en captivité » :

Vous pouvez répondre que leurs besoins naturels sont liés à leur espèce et non à leur lieu de naissance. En effet, nous insistons sur le fait que même si ces animaux sont nés en captivité cela n’enlève rien à leurs besoins fondamentaux qui sont propres à chaque espèce.

« Les cirques avec animaux respectent les conditions de détention précisées dans l’arrêté du 18 mars 2011 » :

Là encore, vous pouvez répondre que cet arrêté peut laisser penser que les animaux vivent dans de bonnes conditions et sont respectés. Pour mémoire, la réglementation en France n’accordait pas le droit de vote aux femmes, favorisait l’esclavage, permettait le travail des enfants, interdisait l’avortement etc … Se cacher derrière une réglementation n’a jamais conduit à une évolution quel qu’elle soit. Heureusement que certaines personnes ne se contentent pas de suivre aveuglément cette réglementation mais agissent en améliorant celle-ci pour le bien d’autrui, sinon ces exemples seraient encore d’actualité.

 

« L’esclavage d’un animal n’est ni justifiable ni défendable »