Sélectionner une page

LES REGLES EN EUROPE – CHACUN POUR SOI –

Allemagne : Le Bundesrat (équivalent de notre Sénat) a adopté le principe d’interdire les animaux sauvages dans les cirques. Toutefois, le Bundestag (l’équivalent de l’Assemblée Nationale) ne s’est pas préoccupé de ce dossier, pas plus que le gouvernement.

Autriche : Plus d’animaux sauvages dans les cirques. Ce pays s’est doté depuis 2004 d’une loi sur la protection animale qui prohibe complétement la présentation d’animaux sauvages en cage ou lors de représentations. A noter qu’ils ont supprimé les fermes d’élevage à fourrure également.

Belgique : Un arrêté royal devait entrer en vigueur avant fin 2004, stipulant l’interdiction des rhinocéros, girafes, hippopotames, singes, reptiles et requins et des animaux sauvages uniquement destinés au regard du public. Les lions, tigres et éléphants sont toujours autorisés. Les animaux doivent porter une puce électronique et les cages devront être plus « spacieuses ». Les cirques n’auront droit qu’à 24 déplacements par an. Depuis, le projet prévoit que seuls certains animaux pourront désormais être autorisés dans les cirques. Les animaux sauvages (lions, tigres et éléphants) ne seront plus autorisés dans les cirques ambulants selon de nouvelles dispositions adoptées par le Conseil des Ministres dans le cadre d’un avant-projet de loi de la Ministre Laurette ONKELINX portant des dispositions diverses en matière de bien-être animal. Ces mesures interviennent après que le Conseil du bien-être animal a fait état en 2011 de difficultés d’application des normes légales d’hébergement des animaux dans les cirques (manque d’espace, absence de possibilité de baignades, absence de congénères pour certaines espèces grégaires, non-respect des exigences de température). Par ailleurs, les nouvelles dispositions sont également nées du souci de tranquiliser le voisinage de cirques régulièrement incommodé par toutes sortes de nuisances : enfants effrayés par des lions en cage, bruit, carcasses de viandes abandonnées … Le projet prévoit que seuls, certains animaux pourront désormais être autorisés dans les cirques moyennant le respect des normes minimales d’hébergement fixées pour assurer leur bien-être. Il s’agit concrètement des animaux suivants : les bovins, buffles, porcs, lamas, dromadaires, chameaux, furets, lapins, chiens et chats, pigeons, oies, gallinacés, perroquets, perruches et canards, chevaux, ânes et poneys, moutons et chèvres.

GAIA, l’Association de défense des animaux a salué l’initiative comme une « avancée énorme » qui clôture 10 années de combat.

La BOLIVIE, BULGARIE, CHYPRE, COSTA RICA et la CROATIE.

Danemark : Depuis 1962, il est interdit d’utiliser des animaux ou certaines espèces d’animaux non domestiqués (à l’exception, toutefois, des éléphants d’Asie considérés comme domestiqués).

Finlande : Depuis 1986, il est interdit d’utiliser : les singes, les éléphants, les carnivores, les phoques, les rhinocéros, les hippopotames, les ruminants, les marsupiaux, les oiseaux de proie, les autruches et les crocodiles. Les otaries, en revanche, sont utilisées.

Grande-Bretagne : Interdiction de la présence de cirques avec animaux sauvages dans 220 municipalités ou juridictions municipales (Cambridge, Coventry, Liverpool, Lancaster, Oxford …) et dans 8 juridictions municipales des nouveaux Pays de Galles du Sud.

Les tigres, éléphants et autres animaux sauvages ne seront plus des attractions dans les cirques !

Les députés anglais ont voté à l’unanimité l’interdiction de l’utilisation des animaux sauvages dans les cirques itinérants en Angleterre à partir du 1er décembre 2015. Après des années de pression de la part des activistes des droits des animaux, les autorités britanniques ont adopté une loi qui interdira dans les cirques itinérants l’utilisation des animaux sauvages. Les cirques auront jusqu’en 2015 pour se conformer à une loi. David Heath, Ministre de l’Agriculture a noté que ce délai permettra aux cirques de retravailler leurs activités.

La Grèce : Grace aux pressions des associations de défense des animaux sur le gouvernement, celui-ci a décidé d’interdire les numéros de cirque mettant en scène des animaux qu’ils soient sauvages ou non. 

La Hongrie, l’Inde, Israël, la Lettonie, le Liban et Malte.

Mexique : Dès le Juillet 2015, les cirques n’auront plus le droit d’utiliser des animaux. Le problème est que les propriétaires de cirques ne veulent plus s’en occuper. Leur donner à manger leur coûte trop cher s’ils ne les utilisent pas dans leurs spectacles. Ils sont plus de 3000 animaux à attendre d’être fixés sur le sort. Des tigres, des girafes, des zèbres, des chameaux, des jaguars et des éléphants. Rien n’a été prévu pour eux.

Le temps des lions traversant des cercles en feu, les singes faisant du vélo, les éléphants jonglant avec leur trompe ou les otaries jouant les équilibristes, est terminé. Le Mexique a adopté, le mercredi 15 Juillet 2015, une loi interdisant l’utilisation d’animaux sauvages dans les spectacles de cirque. A l’origine de cette loi, le Parti Vert Écologique (PVEM), et une proposition mise en avant à l’aide d’une campagne médiatique traitant sur les mauvaises conditions et traitements envers les animaux.

Norvège : Ce pays, qui ne fait pas partie de l’Union Européenne, interdit l’utilisation d’animaux sauvages capturés dans la nature. Les fauves et les ours nés en captivités sont également prohibés.

Les Pays-Bas, le Pérou, le Portugal, la Slovénie et la ville de Singapour.

La Suède : Depuis 1988 (suite à une ordonnance royale de 1959, sont interdits les singes, les prédateurs (sauf les chiens et les chats), les pinnipèdes (sauf les otaries), les rhinocéros, les hippopotames, les cervidés (sauf les rennes), les girafes, les kangourous, les oiseaux de proie (sauf les autruches, émeus, nandous) et les crocodiles.